Dans un trou de souris

Je crois que le nuage noir de la Pollueuse m'a contaminée.

Vendredi, c'était le genre de journée de boulot interminable. Le genre de journée où tu papotes avec les copines, mais tu as aussi plein de trucs à boucler avant de partir en week-end. Mais tu te tapes quand même des bonnes parties de fous-rires avec les copines parce que c'est vendredi, quoi !
Vendredi, je devais envoyer des résultats de chiffres d'affaire avant de partir en week-end, un bilan du mois pour motiver les troupes.

Pile à l'heure où je voulais partir, je réussis à finir mon tableau. Je le revérifie, une fois, deux fois, je modifie 2 détails pour qu'il soit plus parlant, et je l'envoie par mail à tout le service.

Le coeur léger, je peux partir en week-end sans souci. J'ai bien fini mon boulot, rien à signaler, je boucle et je m'en vais.

Le week-end fut bon, je vous rassure... (je suis allée au skiiiiiii !) (je sais, tu me détestes...)
Ce matin, la tête dans la purée (normal, c'est lundi), mon co-bureauteur me dit "ça va, l'Epicière ?"
... euh oui, pourquoi ?
"On a eu une journée pourrie samedi, c'était l'angoisse" (certains de mes collègues bossent le samedi en ce moment)
Moi : "oui j'imagine, c'est jamais sympa de bosser le samedi, ça a été quand même ?" (je suis sympa, je m'intéresse... alors qu'à ce moment précis, je rêvais déjà de mon café)
Lui : "bof, c'était la journée des boulettes... d'ailleurs, tu sais que vendredi soir, tu as envoyé ton tableau par mail à Bernard de chez Patato ?" (notre plus gros client)
Moi : "hein ? quoi ? qui ? quesse ? qu'ouï-je ? naaaaaaaaaaaaaan pas possible !"
Lui : "si... il a appelé samedi pour nous remercier de lui avoir fait part de nos résultats de chiffre d'affaire, et te remerciant plus particulièrement d'avoir pensé à lui"
Moi : "mffllllrrtterrfffffffff " (bégaiement de la-fille-qui-sait-plus-trop-quoi-dire-tellement-elle-se-sent-merdeuse)

En fait, j'ai tapé vite fait les adresses mail des gens du service, et cette fois, l'écriture intuitive n'a pas été de mon côté, car au lieu de mettre "Bernadette du service commercial" en copie, j'ai mis "Bernard de chez Patato"

Et Monsieur Patato est ravi de savoir qu'il fait partie des clients qui paient le plus cher.

Z'avez un trou de souris dispo pour que j'aille y hiberner ?

Ca vous est déjà arrivé, ce genre de grosse bourde ? Par pitié, aidez-moi à me sentir moins nouille seule

Win : 0/5
Glamour : 1/5 (c'est pour le week end au ski)

6 commentaires:

Lapunaise a dit…
1 février 2011 à 10:17

Te sentir moins nouille j'sais pas, mais savoir que j'ai, moi aussi, bouletté sévère en envoyant en Inde sans visa mon directeur commercial, ça peut aider quand même ?! Non parce que je te prépare tout bien le voyage, je te réserve le billet d'avion top-moumoute horaire, l'hôtel avec piscine au prix du logement chez l'habitant, les transferts intérieurs, tout ça tout ça, même que je pense à lui dire "patron ton passeport il est à jour ?" et arrivé là-bas, trop content le garçon, il se présente à la douane et paf : pas visa, retour à la maison ! Non mais bon, c'est pas juste comme s'il n'allait là-bas que pour dégoter un gros gros contrat nan nan hein ! Et ben si ! Le contrat de la mort qui tue, et ben paf, bernique parce que j'ai oublié de lui faire faire un visa !

Y'a des fois hein...

Karen a dit…
1 février 2011 à 11:38

Ah la boulette !!
Il y a quelques années, j'ai envoyé un mail (une blague un peu grivoise) à un journaliste expatrié... Le gros bonnet en plus. M. THOM.... au lieu de l'envoyer à un copain, THOMAS....
Bravo Karen ! J'ai envoyé un mail d'excuses au mec... qui ne m'a jamais répondu (il s'est peut-être bien marré remarque !) mais pour le coup, j'étais ra-vie qu'il soit en poste à Kinshasa ;-)

L'Epicière a dit…
1 février 2011 à 11:51

@Karen : je n'ai pas osé raconter la fois où j'avais fait la même genre de boulette en tapant l'adresse mail, j'ai envoyé un mail à mon banquier pensant écrire à... mon mari !!!

@La Punaise : ah oui, bien bien, y'a des fois où... tu te dis que ces gens-là devraient se débrouiller tous seuls pour préparer leur voyage. Non mais !

apreslapluielebeautemps a dit…
1 février 2011 à 18:34

Un peu dans le même genre, la semaine dernière, ma chef m'a filé un gros dossier à préparer (je ne suis que stagiaire). J'ai voulu lui montrer que je m'investissais et j'ai tout rédigé. Elle était très contente, a survolé le powèèèrpouint, et m'a demandé de l'envoyer à l'un de ses collaborateurs par mail. "Je te fais confiance", qu'elle me dit.
Ouais, une heure après en relisant le dossier, nous nous sommes rendues compte que j'avais fait des fautes d'orthographe monstrueuses. Résultat: Obligée de s'excuser auprès du Monsieur et de tout renvoyer.
Et euh, il reste pas une petite place pour moi dans ton trou de souris?

La Fonctionnaire a dit…
1 février 2011 à 22:48

et c'est ici que la liste de diffusion intervient.

je commence à avoir un certain nombre d'envoi à faire vers des groupes de destinataires différents. J'ai récemment passé une petite heure à créer mes listes de diff' sous Outlook en jurant comme un charretier.
Maintenant, je sautille avec légèreté tout le long de la journée (au moins).

Anonyme a dit…
2 février 2011 à 15:21

Eh ben les boulettes !!!!!!

Mais c'est vrai que les listes de diffusion c'est très très pratique

Bon courage

Leave a Comment

Back to Home Back to Top  Un boulot presque parfait. Theme ligneous by pure-essence.net. Bloggerized by Chica Blogger.