Un stage sinon rien ?!



Quand on est jeune actif (si si, à la trentaine on est encore jeune, bande de mauvaises langues), on se souvient encore avec nostalgie de ses années de stage.
Le stage, élément incontournable d'une longue vie d'étudiant, entre cours magistraux en amphis, cafétérias et restaus U bruyants, entre les soirées mémorables et les réveils difficiles...
Au milieu de tout ça, on doit faire un stage. Toucher de l'orteil le monde professionnel. Voir la vraie différence entre la théorie et la pratique.
Le stage, tes premières lignes remplies sur ton CV, pour remplacer "animatrice de colo" ou "ramasseuse d'escargots de Bourgogne".
Le stage, ton Graal pour la vraie vie.

On a tous été des stagiaires exemplaires, considérant que c'était une opportunité à saisir pour se faire un carnet d'adresse, prouver ses compétences, renforcer ses connaissances, se rendre indispensable.
On a tous été assidu, ponctuel, travailleur acharné,.

Ouais.

En revanche, lorsqu'on est passé de l'autre côté du miroir, on a tous été un jour ou l'autre confronté à un stagiaire glandeur.
Le stagiaire caricatural qui n'est là que parce qu'il est obligé, qui préfère glandouiller sur le net plutôt que se pencher sur la délicate tâche du tri des archives (oui et alors, tout le monde fait un jour ou l'autre ce genre de chose, y'a pas de raison que ça ne soit pas le cas, sous prétexte qu'on est en stage et qu'on n'est pas là pour faire ce que les autres détestent faire) (bon, je modère mon propos, mais ça m'agace d'entendre des jeunes râler parce qu'ils sont exploités en tant que stagiaires, qu'ils sont là pour travailler sur des dossiers stratégiques et que jamais Ô grand jamais ils ne se rabaisseront à photocopier et relier les 50 dossiers à remettre aux investisseurs)

D'accord, un stagiaire n'est pas là pour ne faire QUE les basses besognes. Mais le nom de "stage café-photocopie" est un peu trop galvaudé à mon goût.

Quand, en tant que salarié/responsable de service, tu acceptes un ou une stagiaire chez toi, tu sais que tu vas passer du temps avec lui ou elle. Tu sais que tu vas forcément avancer moins vite dans tes dossiers que d'habitude. Tu prends le temps de l'accueillir, de lui expliquer certaines choses, lui transmettre des dossiers sur lesquels travailler... alors même si tu ne passes pas 8h par jour avec lui ou elle, tu avances moins vite. C'est certain.

Et ça te fait bien râler quand tu es confrontée à un stagiaire qui :
- arrive systématiquement après 10h du matin, pour diverses raisons, toujours meilleures les unes que les autres
- te demande gentiment s'il ou elle peut partir à 16h, pour diverses raisons, toujours meilleures les unes que les autres
- est systématiquement malade le vendredi matin, souvent c'est la gastro... sauf qu'il ou elle croit qu'on ne sait pas que les soirées étudiantes, c'est le jeudi soir, et qu'un mal de ventre et un mal de tête n'est pas forcément synonyme de gastro.
- facebooke toute la journée, en oubliant que son profil est accessible à tous... même à toi, qui n'es pas dans sa liste d'amis, mais qui se rend compte qu'il ou elle a "passé une soirée mémorable hier soir. Merci jéjé !" (explication n°12 pour le retard du matin ?) (NB : demander à Jéjé...)
- se permet de te dire que son évaluation de stage n'est pas très très juste et que, quand même, rendre à son directeur de stage un document sur lequel est indiqué "pas assidu" ça craint pour sa carrière
- tutoie tout le monde d'emblée, genre on est trop de la même famille

(toute ressemblance avec une situation existante ou ayant existé est purement volontaire)

Loin de moi l'idée de leur jeter la pierre et de faire une bonne grosse mauvaise généralité sur les étudiants. Parce que j'en ai aussi rencontré de très sympas qui :

- ont apporté les croissants le dernier jour de leur stage en te remerciant d'avoir passé tant de temps à t'occuper d'eux
- viennent te dire qu'ils ont terminé la mission que tu leur a confiée, te demandant de venir vérifier quand tu auras le temps, en attendant ils commenceront à rédiger leur compte-rendu
- posent des questions, s'intéressent, te montrent qu'ils ne sont là que pour un temps bien compté et qu'il faut l'utiliser à bon escient, sans pour autant te solliciter toutes les 5 min car ils savent très bien que tu as aussi autre chose à faire que t'occuper d'eux
- t'apportent leurs connaissances théoriques, à toi qui as quitté les bancs de l'école depuis plusieurs années

Et vous ? quels sont vos souvenirs de stages ? et en tant que responsables de stages ?

9 commentaires:

1aixoise a dit…
9 novembre 2010 à 09:17

Comme j'étais en fac de SH, je n'avais pas vraiment d'obligation de stage et pourtant j'en ai fait un paquet "stage non obligatoire", donc j'y allais de mon propre chef... Bon la plupart des fois, c'était super, j'ai vraiment appris beaucoup de choses et si je passais une aprem à faire des photocop' c'est parce que mon maître avait passé la matinée à m'expliquer des trucs... Donnant, donnant. C'est lors de mon dernier stage (celui de trop, encore non obligatoire, après mon stage de fin d'études en DESS de gestion) que vraiment j'en ai eu ras le cul... J'étais bloggeuse... Donc bon ça fait des années que je suis déjà bloggeuse dans la vraie vie et là ils prenaient systématiquement une stagiaire pour faire le taf, parce que ces connards pensent que la rédaction ce n'est pas un métier or si... Je me suis barrée au bout de 2 mois et demi, ils ne comprenaient pas. Aujourd'hui je rêve du jour où je vais avoir un stagiaire pour lui montrer pleins de trucs et qu'il ai une envie folle de faire mon métier plus tard !

Strassybelle a dit…
9 novembre 2010 à 12:58

On a pas le droit de virer un stagiaire glandeur ?? C'est pas juste pour ceux qui bossent !

Violette a dit…
9 novembre 2010 à 13:55

Une fois j'ai du garer la voiture de ma patrone. L'angoisse: c'était une automatique, je n'avais aucune idée de comment cela fonctionnait, il faisait 40° dans la bagnole et impossible de trouver la commande pour ouvrir les fenêtres, je ne connaissais pas du tout Paris... Et pour couronner le tout je n'avais pas les papiers!
Une autre fois je me suis lamentablement coupé le doigt avec un cutter, il y avait du sang partout et, blanche comme un linge, je suis allée trouver ma tutrice qui m'a fait une jolie poupée avec un self-control qui m'a laissée sans voix...
Et il y a eu toutes les autres fois où je me suis retrouvée avec des stagiaires qui me plantaient au dernier moment, et une qui a disparu pendant trois heures et que j'ai dû engueuler comme du poisson pourri en lui expliquant qu'elle était sous ma responsabilité!
Cela dit, j'ai quand même trouvé mon premier job grâce à un stage!

Papillote a dit…
9 novembre 2010 à 15:18

Pour mon deuxième stage, j'ai fait exactement le même boulot que les employés, sauf que j'écrivais les articles qui les intéressaient pas, les moins intéressants, et j'étais payée 350 euros et eux 3500... je ne les ralentissais pas, on m'a juste montrer le boulot deux heures la matinée le premier jour, et ensuite j'étais indépendante.

et je connais énormément de stagiaires qui bossaient comme les autres pour le tiers du smic.Beaucoup d'entreprises embauchent des stagiaires à la chaîne, ça leur évite de les payer correctement.... je connais même un mec qui n'a qu'un seul employé : son stagiaire, qui fait absolument TOUT le boulot pour 350 euros par mois...

Joufflette a dit…
9 novembre 2010 à 20:09

MOi j'ai toujours ét une stagiaire exemplaire ! Pas de retard, pas de glandouille.. j'ai toujours eu des missions intéressantes et pas mal de boulot à faire, donc j'ai eu de la chance ! Par contre, je n'ai pas encore eu à accueillir de stagiaire..

Sophie a dit…
12 novembre 2010 à 11:41

Aaaaaaah! les stagiaires! On pourrait faire un site internet genre viedemerde pour en parler :D

Moi, j'ai été tour à tour stagiaire hypra-motivée et consciencieuse, stagiaire effacée et laissée à l'abandon, et stagiaire glandeuse. Je bosse plutôt dans le domaine de mon premier profil (le type de boulot a vraiment joué, en ce qui me concerne).

Et depuis que je bosse, j'ai vu passer "quelques" stagiaires. La "pire", c'était tout au début que je bossais, j'étais encore indépendante. Au début, on aurait dit qu'elle assurait grave, j'avais même peur qu'elle finisse par me piquer mon boulot. Mais très vite, on s'est rendu compte qu'elle ne savait absolument pas écrire et qu'elle n'était pas dégourdie pour deux sous et la chef s'en est totalement désintéressée. Résultat: je m'en suis occupée pendant 6 semaines.

Il s'est avéré que cette fille avait une histoire personnelle pas super facile, elle était déprimée, tout ça. A la fin de son stage, la chef et moi, on lui a parlé pendant des heures, on l'a écoutée.

Et puis plus tard, elle est allée dire partout qu'on était des peaux de vache, qu'on l'avait pas bien traitée. Youpie!

babykatze a dit…
17 novembre 2010 à 17:18

Alors moi j'ai été bien sûr une stagiaire surmotivée trop contente de faire le boulot d'une cadre et de gagner 80% du SMIC.
En tant que jeune active, mon expérience des stagiaires est plutôt en fait le contraire de la tienne, j'ai toujours un peu de scrupules à exploiter la surmotivation des petits stagiaires quand je vois qu'il y a pas mal de "vrais" salariés qui sont 3 fois mieux payés et en font 3 fois moins.
J'essaie donc de ne pas exagérer... et je n'ai pas l'impression d'être moins productive à cause de mes stagiaires, tout de même!Oui je m'occupe d'eux, mais ils bossent pour moi aussi (tchac, claquement de fouet ;) )! Je trouve que ce n'est pas reconnaître leur travail de dire qu'ils sont limite une perte de temps, alors que très franchement, c'est plutôt de la main-d'oeuvre très qualifiée, souple et efficace.

Par contre j'ai été confrontée à la flemme sans scrupules de certains vacataires (les enfants du personnel qui viennent se faire un peu d'argent de poche l'été ), mais comme je ne compte pas trop dessus de toute façon.. et sur 4 que j'ai connus, il n'y en avait qu'un à facebooker toute la journée sans rien glander, les autres étaient tout à fait adorables et m'ont bien aidée.

L'Epicière a dit…
19 novembre 2010 à 09:46

@Babykatze : j'avoue que mes dernières expériences en tant que responsable de stage ont été un fiasco. D'où mon article !
Mais je pense aussi qu'il faut faire la différence entre un stagiaire qu'on embauche pour une mission particulière, à qui on a des missions à confier, et le stagiaire qui est là pour "observer", et qui, pour le coup, est un peu une perte de temps. Même si c'est chouette de transmettre son savoir, hein ?!
Mais bon...

Leave a Comment

Back to Home Back to Top  Un boulot presque parfait. Theme ligneous by pure-essence.net. Bloggerized by Chica Blogger.